Le Tantra c’est quoi ?

Le tantra, ce n’est pas du sexe !  

Une polarité
Une autre polarité

On peu considérer ces deux polarités comme deux fractales, deux personnes (toi et moi par exemple) 

L’énergie du Tantra va emmener ces deux polarités à se rapprocher, telle qu’elles sont. 

La rencontre de ces deux polarités va créer une troisième polarité, celle de l’unité. Nous avons traversé ensemble la séparation, et avons voyagés ensemble vers l’unité.

Dans cette troisième polarité, nous sommes dans la vérité de l’unité, la séparation nous semble désormais une illusion, elle était une percéption valide, mais n’a jamais été la vérité fondamentale des choses. 

La vérité, c’est qu’il n’y a pas de séparation.

Dans cet état d’unité, l’autre est devenu une partie de nous, il est redevenu un membre de notre corps.

Le tantra, c’est passer du « petit corps » (notre identité, la perspective séparé que nous avons de nous-même vis à vis du reste du monde) au « grand corps », ou corps total, complet.

Dans cet état d’unité, ce que l’on perçevait comme l’autre devient une partie de nous-même.

Si on te disait que ton bras n’est pas une partie de toi, tu répondrais que c’est faux, car tu peux sentir ton bras. 

Dans l’état d’unité, tu percevrais l’autre comme une partie de toi, et donc… tu le sentirais comme tu sentirais un membre de ton corps. 

Je m’unie à toi = Je te sens

Donc…

Je te sens = Je m’unie à toi 

Le Tantra ce n’est pas toujours agréable, car le Tantra, c’est s’unir à une autre polarité que nous-même.  C’est se rapprocher de la réalité de l’autre, en laissant derrière notre perception de l’autre. 

Des fois la réalité de l’autre n’est pas agréable. C’est la vie 🙂

Nous experimentons tous une varieté d’émotions différentes. 

« L’autre » qui est triste que l’on rejette est un reflet de la tristesse en nous-même que nous rejettons. 

Se rapprocher de l’autre, c’est se rapprocher de soi.

De même qu’en laissant l’autre se rapprocher de nous-même, c’est une partie de nous-même dont l’on se rapproche. 

Si l’on laisse la conscience inclusive de l’autre s’approcher de nous-même, cela revient au même que de laisser notre propre conscience inclusive se rapprocher de nous même. 

Oui, permettre à l’autre ce connecter avec nous-même est un petit risque, car inévitablement, plus l’autre se rapproche, plus il nous sentira, verra, entendra et comprendra clairement. Et plus l’autre nous voit, sens, entends et comprends, plus nous nous voyons, entendons, sentons et comprenons nous-même. C

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *